Actualités

Le bilan des 4 ans du Fonds

Imprimer cette page

23 October 2013

Tous les chiffres des 16 appels à projets.

NewlogofondsbleuLa vocation du Fonds pour le journalisme, imaginée à l’origine par l’AJP et soutenue par la ministre Fadila Laanan, était de favoriser l’émergence d’un journalisme d’investigation. « L’objectif sera, disait la ministre, de garantir la disponibilité de contenus journalistiques de qualité en lien avec les préoccupations du public de la Communauté française de Belgique. » (19 avril 2009) Objectif atteint ?
Ce rapport montre, en tout cas, la large implantation du Fonds en Fédération Wallonie-Bruxelles. Via le soutien apporté, de décembre 2009 à septembre 2013, à 88 projets journalistiques de qualité, on peut affirmer que tous les types de médias ont été touchés et pratiquement tous les titres ont bénéficié de ses aides.
Le Fonds pour le journalisme est une expérience novatrice en Fédération Wallonie-Bruxelles : elle renverse la logique de l’aide directe au(x) média(s) pour préférer celle du soutien aux journalistes, au terme d’une sélection sévère des projets par un jury professionnel. Ce qui permet de replacer la qualité au centre du projet journalistique.

Publication, diffusion

Les graphes ci-dessous illustrent la percée exercée par le Fonds pour le journalisme en quatre ans d’activité. Après l’appel de septembre 2013, 122 publications/diffusions/insertions ont permis à de très nombreux médias (39 au total) de bénéficier des aides apportées à un journalisme de qualité.

FBPublDiff4ansLa moitié (61/122) des sujets soutenus par le Fonds ont abouti dans un support écrit : presse magazine (32) et presse quotidienne (29). Mais les nouveaux supports sont bien présents aussi, avec 24 projets mis en ligne sur le web (webdocumentaires, transmédia, pure players).

Presse magazine

FBPresseMagExcellente percée dans la presse magazine : 14 supports différents ont publié (ou vont publier) des enquêtes soutenues par le Fonds. Le Vif (7/32) arrive en tête devant Paris Match Belgique (4). Et Marianne Belgique, à peine arrivé sur le marché de la communauté française, tient déjà deux projets. 24h01, premier magazine trimestriel belge, qui sort fin octobre 2013, publiera aussi un sujet soutenu par le Fonds. Quelques beaux suppléments ont par ailleurs vu le jour : « l’Amérique d’Obama » (LLB oct. 2010), « Regards de femmes sur l’immigration » (LLB, mars 2012), « America the beautiful ? » (LLB, oct. 2012).

Presse écrite quotidienne

FBPresseQuotPour la presse quotidienne, La Libre Belgique (14/29) et Le Soir (11) arrivent en tête des publications, ce qui se comprend vu qu’il s’agit d’un contenu à haute valeur ajoutée. Par ailleurs, le quotidien gratuit de très large diffusion Métro a lui aussi publié un projet.

Web

FBWebDu côté de la presse en ligne, LeSoir.be (12/24) affiche son dynamisme. Il a d’ailleurs rapidement diffusé des webdocumentaires soutenus par le Fonds. De nouveaux médias en ligne (pure players) sont également présents dans l’offre de contenus de qualité : Alter.be (3), Apache.be (1)… Dans son dynamisme par rapport aux nouveaux médias, le Fonds a aussi soutenu une première grande expérience transmédia, “Bénévoles”, projet à la fois radio, site web d’un quotidien, blog spécifique, réseaux sociaux, expo photo.

Télévision

FBTelePour ce qui est de la télévision, la RTBF (12/20) recueille les principales retombées des sujets du Fonds. Mais les télévisions régionales se sont également investies dans cette mission de valorisation de la qualité journalistique : Télé Bruxelles, Télévesdre, Antenne Centre. Et même des chaînes internationales : TV5, Arte.

RTBF TV

FBRTBFTVPlusieurs émissions cultes de la RTBF TV ont bénéficié d’un soutien du Fonds. Quatre projets sont en cours de réalisation. La diffusion dans l’une ou l’autre émission doit encore être précisée.

Radio

FBRadioComme pour la télévision, la RTBF (9/12) est fort présente en radio également. Surtout grâce à l’émission Transversales qui diffuse pratiquement tous les sujets produits avec l’aide du Fonds.

Photo

FBPhotoEnfin, plusieurs photojournalistes ont été soutenus par le Fonds. Ils nous disent que sans le Fonds, ils n’existeraient plus en Fédération Wallonie-Bruxelles, alors qu’ils bénéficient d’une reconnaissance internationale. Une fois publiés, leurs reportages sont aussi proposés à des agences de presse photo ou font l’objet d’expositions.

Le profil type du journaliste bénéficiaire d’une aide du Fonds ?

Il est plutôt masculin (49/88), parfois il travaille en équipe mixte (10/88), il est bien souvent indépendant (58/88) et préfère mener ses enquêtes et investigations à l’étranger (38/88 contre 27 en Belgique et 23 mixtes). En fait, il faudrait davantage parler de reportage (48/88) plutôt que d’enquête (40/88). Détail important : le Fonds a fait confiance à de nombreux jeunes journalistes qui se sont distingués en Belgique francophone mais aussi ailleurs dans le monde : Pauline Beugnies, Damien Spleeters, Olivier Bailly, Aline Wavreille, David Leloup, Quentin Noirfalisse… Sans pour autant négliger l’aide aux journalistes confirmés : Alain Lallemand, Pascale Bourgaux, Odile Leherte, Marc Molitor, Hugues Dorzée, Jawad Rhalib, Bruno Stevens, Annick Hovine…

De nombreux prix…

Une fois que l’on donne les moyens nécessaires à un journaliste pour fournir un contenu de qualité à un média, les résultats ne se font pas attendre. De nombreux prix sont venus couronner les travaux soutenus par le Fonds :
2011
– Prix Dexia (Le bonheur brut – Arnaud Grégoire)
– Prix du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Les enfants de Save – Aline Wavreille)
– Prix européen Lorenzo Natali (Sur la piste du trafic d’enfants – Frédéric Loore et Roger Job)
2012
– Deux Prix Belfius (Le développement fulgurant des évangéliques – Odile Lehertre, Le surendettement – Olivier Bailly)
– Prix du jury au Festival Millenium (Geek politics – Quentin Noirfalisse)
– Nikon Press Photo Award (Les damnés du foot – Roger Job)
– Prix du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Amour, sexualité et handicap mental – Olivier Papegnies)
2013
– Prix de l’innovation en journalisme de l’Ecole de journalisme de Science Po, à Paris, et Google (Geek politics – Quentin Noirfalisse)
– Prix Belfius (Gabriel, un rêve d’enfant – Annick Hovine)
– Mention spéciale du jury au Liège WebFest (Bénévoles – Frédéric Moray et Patrick Séverin)
– Mediterranean Journalist Award 2013, (Génération Tahrir – Sout en shabab – Hervé Verloes, Pauline Beugnies)
De nombreux sujets sont aussi sélectionnés dans des festivals, en Belgique et à l’étranger.

Alors, objectif atteint ?

FBSommesOui, sans aucun doute, le Fonds pour le journalisme a atteint son objectif. En quatre ans, il a acquis une belle notoriété et prouvé son utilité. La qualité est renforcée par son intervention, et les médias sont demandeurs. Le public de la Fédération Wallonie-Bruxelles y trouve son compte grâce à une très large diffusion des projets Fonds. Un Fonds qui a aussi permis l’émergence de nouvelles formes journalistiques: webdocumentaires, transmédia, pure players.

FBProjetsPlutôt que de saupoudrer tous les projets soumis au Fonds, le jury a préféré opérer une sélection, parfois rude, parmi les reportages et enquêtes proposés. But principal : viser la qualité, avant tout.

Un bon tiers des sommes demandées a pu être accordé, en distribuant 701.543 € pour des demandes totalisant 1.994.860 € (35,2%). Et 88 projets ont été soutenus sur 205 demandes (42,9%).

Tags : , , , ,