Fiche projet

Un simple gramme d’héroïne

Imprimer cette page

PROJET INDIVIDUEL

UN SIMPLE GRAMME D’HEROINE - Alain LallemandSuivre un gramme (métaphorique) d’héroïne, de la banlieue de Herat jusqu’en Belgique via l’Iran, le Kurdistan irakien, la Turquie, la Roumanie, la Bulgarie, le Kosovo, l’Allemagne.

Un gramme d’héroïne vendu au détail, en Belgique, vaut de 9,5 à 57 euros. Pourtant, lorsque ce même gramme d’héroïne a quitté l’Afghanistan, au poste frontière iranien d’Islâm Qala, il ne valait que 44 cents.

Qui a mis la différence dans sa poche ? Al-Qaïda ? Les Talibans ? Ils ne pèsent que 15 à 20% du prix de départ, soit quelques cents au gramme. Pas davantage.

L’hypothèse est la suivante: lorsqu’un héroïnomane belge se défonce, il alimente en réalité une chaîne criminelle disparate, qui s’étend du Kosovo à la province de Badghis (Afghanistan), du Sistan-Balouchistan jusqu’à Pristina, mais aussi à Bruxelles ou à Munich. En termes absolus, la majorité des bénéfices sont réalisés dans l’Union, pas en dehors.

Cette enquête peut être suivie et retracée en ligne via le blog “Un simple gramme d’héroïne”.

Partenaires

→ International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ, Washington)
→ Centar za istraživačko novinarstvo (CINS, Belgrade)

Revue de presse

» Sur la piste d’un simple gramme (Le Soir, 18/06/2010).

» Karzaï a rouvert l’autoroute de l’héroïne (Le Soir, 20/10/2010).

» Voici les bénéficiaires afghans de l’héroïne (Le Soir, 5/7/2011).

» Les mafias persanes, complices des babas d’Istanbul (Le Soir, 6/7/2011).

» L’Europe orientale entre en guerre contre ses mafias (Le Soir, 7/7/2011).

» La Belgique, grand bazar de l’héroïne pour la France (Le Soir, 8/7/2011).

Internet

» Le site web d’Alain Lallemand