Kiev 2011

Washington Post: des enquêtes qui unissent les rédactions papier et web

14 October 2011

Le quotidien américain The Washington Post, réputé pour ses enquêtes, a décloisonné ses rédactions papier et en ligne pour les faire travailler ensemble sur des investigations. James Grimaldi, journaliste au quotidien, et Lauren Keane, chargée du développement numérique des enquêtes, ont illustré cette collaboration à Kiev lors de la Conférence mondiale sur le journalisme d’investigation.

Certes, les moyens humains et budgétaires du quotidien américain ne sont pas comparables à ceux dont disposent les journalistes ou les rédactions européennes mais, en dehors de l’aspect financier, la démarche américaine peut présenter un double intérêt :

D’abord, penser en amont l’atterrissage en ligne des enquêtes permet de mettre les rédactions “papier” et “web” sur un pied d’égalité. Ensuite, cela offre parfois aux lecteurs un accès à une documentation compilée ou aux résultats de l’enquête qui n’est pas toujours possible, faute de place dans le journal.

Illustration: The Hidden Life of Guns

En 2010-2011, le Washington Post a mené une enquête en cinq volets sur les armes à feu aux Etats-Unis, intitulée The Hidden Life of Guns.

Le projet a été élaboré avec les reporters, les graphistes, les cartographes, les développeurs, les photojournalistes et les journalistes audiovisuels de la rédaction. Quel angle pour quel média? Et comment raconter aux lecteurs sachant qu’une personne s’exprimera, par exemple, différemment devant une caméra ? Cela suppose pour les journalistes qui produisent le contenu vidéo d’être associés à l’enquête et à ses différents aspects jusqu’à la fin. A l’aide d’un outil comme DocumentCloud, le site du journal offre aussi la possibilité d’accéder à certains documents clés compilés pour les différents volets. Enfin, des graphiques et des cartes interactives présentent aussi les informations récoltées.

Pensez-vous vraiment que le lecteur ira naviguer parmi cette masse d’information alors que la lecture des pages du quotidien lui prendra beaucoup moins de temps ?“, interroge un journaliste. “Nous pouvons mesurer l’audience et voir, par exemple, ce que le lecteur rate de l’enquête en ligne pour éventuellement placer cet élément en évidence sur le site ou en utilisant les réseaux sociaux“, a conclu Lauren Keane.

C.W.

Tags : , ,